/Renée C. Byer aux États-Unis
Faisal Razmal (28 ans), vient d’apprendre qu’il perdra la vision de son œil blessé. © Renée C. Byer / The Sacramento Bee

Renée C. Byer aux États-Unis

La photographe Renée C. Byer est partie à la rencontre de réfugiés afghans mis au banc de la société américaine. Après avoir pris part à la guerre aux côtés des États-Unis, ces hommes et ces femmes ont été persécutés par les talibans. Ils ont fui l’Afghanistan et sont venus s’installer outre-Atlantique. Faisal Razmal est l’un d’eux.

« Faisal Razmal est le deuxième réfugié que j’ai rencontré pour mon projet. Pour mieux le comprendre, je lui ai demandé qu’il me montre sa vie de famille, que je puisse le suivre dans ses déplacements. Il a accepté et comme il parle anglais, le contact est encore plus facile.

En Afghanistan, cet homme était interprète pour l’armée américaine. Aux États-Unis, il a trouvé un poste en tant qu’agent de sécurité. Un jour, le membre d’un gang est venu sur son lieu de travail et, alors qu’il tentait d’empêcher un vol, il a été blessé par un tir. Sur cette photo, il vient juste d’apprendre qu’il ne retrouvera pas la vision de son œil blessé. Cette scène est d’autant plus marquante que la coque de son portable prouve son attachement aux États-Unis. »

>>Lire aussi : La photo, un miroir tendu à la société pour qu’elle change

MARIE NAHMIAS