/RendezVous Photos, ou l’envie de collectif et d’indépendance
RendezVous PhotosLes sentiers du désespoir © Jeoffrey Guillemard

RendezVous Photos, ou l’envie de collectif et d’indépendance

RendezVous Photos est le premier pure-player payant de photojournalisme en France. Lancé officiellement le 19 juin 2017, le site a été créé grâce à l’investissement de quarante journalistes et au financement participatif. Vincent Leloup, co-fondateur du site avec Eric Baudet, revient sur les raisons qui l’ont poussé à prendre la voie du web.

Comment vous est venue l’idée de créer RendezVous Photos ?

Le premier constat est que, moi-même dans mon travail ainsi que les photographes que je côtoyais régulièrement, avons un problème de diffusion de nos photos. Depuis dix ans, l’espace dévolu au reportage photographique baisse régulièrement. Même les journaux, qui continuent à en publier, réduisent le volume de page dédié au photojournalisme

Le deuxième constat est que les techniques de la diffusion web ne nécessitent pas d’investissements aussi lourds que le papier. La création du site de RendezVous Photos a coûté 40 000 euros. Ce qui ne représente rien comparé au million que coûterait un journal papier.

Troisième constat : grâce à mes 37 ans de carrière, je connaissais suffisamment de journalistes pour penser qu’il y avait un moyen de les fédérer autour de ce projet. De plus, sur les 1 277 reporters photographes comptabilisés en 2007 par la Commission de la carte de presse des journalistes professionnels, il n’en reste que 704 en 2017, soit une baisse de près de 45% en dix ans. Je connais d’ailleurs beaucoup de photographes qui ont du mal à récupérer leur carte de presse aujourd’hui.

Envie de collectif

Quel est votre modèle économique ?

Notre choix s’est porté sur l’abonnement. Nous avons fixé le prix à 9 euros par mois. Dans ce domaine, Mediapart est précurseur pour tous ceux qui créent de l’information payante. En revanche, nous sommes les seuls à proposer un site 100% dédié au photojournalisme. Nous n’avons pas de publicité, ce qui fait de RendezVous Photos un média indépendant. A partir de quel moment peut-on se revendiquer indépendant ? Il y a des hommes d’affaires qui détiennent une part importante de médias sans s’occuper de la ligne éditoriale. Xavier Neil, par exemple, est actionnaire des Jours et de Mediapart, qui sont pourtant deux médias indépendants. Nous, nos actionnaires sont exclusivement des journalistes, quarante au total. Chacun a mis au capital entre 200 et 3 000 euros. On a également fait appel au crowdfunding sur la plateforme KissKiss BankBank. Cela nous a permis de récolter 30 000 euros supplémentaires.

Comment rémunérez-vous vos pigistes ?

Pour l’instant, on paye 20 euros la photographie et 36 euros le feuillet de texte (soit 1 500 signes). Ce qui n’est pas très bien payé. Cela étant, on diffuse toujours entre quinze et vingt photos par épisode. En général, on compte trois épisodes par sujet. Un journaliste aura donc entre 1 000 et 1 200 euros de revenu au minimum chez RendezVous Photos.

Notre pari est d’atteindre les 4 000 abonnés. On doublera alors le prix des piges. La photo passera donc à 40 euros. Lorsqu’on sera à 7 000 abonnés, je redoublerais le prix. Et quand on aura 10 000 abonnés, la photo sera à 160 euros. Le site sera viable à partir de 4 000 abonnés. A 7 000, on sera à l’équilibre. A 10 000 abonnés, on commencera à être rentable. Notre objectif est que les photographes trouvent un vrai débouché pour leurs photos et qu’ils gagnent leur vie. Notre ambition n’est pas d’acheter des séries de photos déjà prises mais de participer à la réflexion éditoriale et donc à la production des sujets. Désormais, nous essayons le plus possible de payer les frais de reportage sur la base d’un synopsis. Et ce, afin de permettre au photojournaliste de couvrir ou poursuivre une thématique. Cela rentre dans la logique de l’épisode. Notre leitmotiv c’est de faire de Rendez-Vous Photos le Life du numérique du XXIème siècle.

LAURENCE MOISDON


Témoignage d’Olivier Touron, photojournaliste et actionnaire de RendezVous Photos

Le concept de RendezVous Photos est de s’émanciper du papier et de créer un site web spécifiquement dédié à la photographie en devenant nous-mêmes diffuseur. J’ai tout de suite été emballé par le projet. J’ai même investi dans le capital avec des copains. C’est un challenge car mon métier est journaliste pas éditeur ni rédacteur en chef. Pour RendezVous, j’ai déjà produit une série de photos sur des ouvrières qui utilisent le théâtre pour faire part de leur lutte. Je travaille la plupart du temps sur commande, c’est l’idéal. Je propose un synopsis avec un sujet et un angle au diffuseur qui, s’il accepte, produira également la série de photos. Pour vivre du photojournalisme, je suis en contact avec dix employeurs par an.